Installations

Johann Le Guillerm

France

Installation

mar. au ven. : 14h à 19h / sam. et dim. : 13h à 19h
Nocturnes jusqu’à 22h les sam. 21 jan, 4 et 18 fév.

La Friche La Belle de Mai

Marseille

janvier 2017

sa 21

di 22

lu 23

ma 24

me 25

je 26

ve 27

sa 28

di 29

lu 30

ma 31

février 2017

me 01

je 02

ve 03

sa 04

di 05

lu 06

ma 07

me 08

je 09

ve 10

sa 11

di 12

lu 13

ma 14

me 15

je 16

ve 17

sa 18

di 19

Visites accompagnées parents-enfants : sam à 14h30
Visites accompagnées tout public : sam à 16h30 et dim à 15h Visites accompagnées pour les scolaires et centres sociaux
sur demande au +33 (0)4 95 04 95 47 et mediation@lafriche.org

Tarifs 5 € / 3 €

LES IMAGINOGRAPHES Plongée dans le « cirque mental » d’un artiste qui consacre toute son œuvre à élaborer d’autres systèmes de lecture du monde. Il est parti du peu, du rien, du point et nous invite à découvrir comment se créent les formes, les mouvements, les équilibres à travers les Imaginographes, drôles de machines-outils accompagnées de com- mentaires souvent désarçonnant. Ici, on regarde, on touche et on éprouve. Et l’on comprend vite que l’essentiel n’est pas l’appréhension stricte d’un processus scientifique mais la possibilité de s’émanciper de savoirs assénés pour faire agir son propre point de vue.

L’OBSERVATOIRE C'est le laboratoire d'un poète qui aspire à une meilleure compréhension du monde. Une caverne d'Ali Baba où s'accumulent depuis quinze ans, des matériaux qui deviendront expériences puis chantiers, numéros ou sculptures. Là se testent de nouvelles manières de penser ce qui nous entoure pour éclairer d'un jour nouveau des chemins que l'on croyait défrichés. L'Observatoire est le cœur du réacteur d'un inventeur qui regarde à 360°.

LES IMPERCEPTIBLES Le développement de la Nature obéit à des mouvements qui lui sont propres mais souvent invisibles au regard. Johann Le Guillerm a pris le temps d’observer les éléments naturels, attentif à ce qui les anime. Leur énergie vitale est aux fondements de notre activité humaine. La Calasoif, le Tractochiche, la Jantabuée, sont des machines au mouvement imperceptible qui invitent à une promenade « mécano-durable » à travers le temps qui s’écoule et les énergies qui agissent sans même que l’on y prête attention. Mues par des énergies totalement naturelles qui les font avancer, ces trois sculptures sont le résultat d’expériences menées par un artiste qui cherche à comprendre le monde, ses visibles et ses invisibles pour le recomposer à sa mesure.

LA MOTTE La Motte est une drôle de planète futuriste. Toute en arêtes herbues et en révolution permanente, elle est mue par des forces et énergies gravitationnelles qui perturbent son inéluctable trajectoire. Parfois, elle hésite, semble subir le mouvement imposé, tangue, reste un temps en suspens puis repart vers sa destinée, imprimant de son poids la trace de son passage pour faire surgir le dessin de son écriture singulière. Monumental et hypnotique, le monstre impose une attitude méditative dans sa temporalité étirée. Défi ou résistance à la vitesse ? Regardable en tous points, rétive à l’analyse, elle ouvre en tout cas des perspectives infinies à nos imaginaires poético-politiques

Une coréalisation de la Friche la Belle de Mai et d’Archaos, pôle national cirque Méditerranée

Les Imaginographes, les Imperceptibles et l’Observatoire
Création Johann Le Guillerm
Création sonore Guy Ajaguin et Yann Norry
Création lumière Hervé Gary
Conception technique Silvain Ohl et Maryse Jaffrain
Études et notes de calculs / le chantier des Architextures Sylvain Beguin
Fabrication et construction Silvain Ohl, Maryse Jaffrain, Georges Matichard, Elvis Dagier,  Myriam Prijent, Didier Deret, LOUXOR Spectacle, Catherine Teilhet, Franck Bonnot
Régie Loëïz Le Guillerm
 
La Motte
Création Johann Le Guillerm
Création sonore Guy Ajaguin et Yann Norry
Création lumière Hervé Gary
Conception technique et mise en mouvement Mario Goffé
Études Philippe Gaudin - SUPMECA Paris, LATecis, École Centrale de Nantes, Bernard Chaperon
Constructions Mario Goffé, Ateliers SUD SIDE, Silvain Ohl, Maryse Jaffrain, DBI
Éclairage horticole Floraled
Régie Alexandre Ramdami

AttractionProduction : Cirque ici / Johann Le Guillerm / Coproductions : (à partir de 2011) Le Channel, scène nationale de Calais/ Agora, pôle national des arts du cirque de Boulazac Aquitaine / Excentrique, festival mis en oeuvre par Culture O Centre, Ateliers de développement culturel / Le Manège scène nationale de Reims / Cirque Théâtre d’Elbeuf - Centre des arts du cirque de Haute-Normandie / L’apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du val d’Oise / Le Quartz – scène nationale de Brest / Le Volcan – scène nationale du Havre / La Brèche, pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie / Cherbourg- Octeville. Avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication (DMDTS et DRAC Île-de-France), du ministère des Affaires Etrangères (Institut Français), du Conseil régional d’Île-de-France, de la Ville de Paris et de l’Institut Français/Ville de Paris. Cirque ici – Johann Le Guillerm est accueilli par la Mairie de Paris en résidence de recherche au Jardin d’Agronomie Tropicale (Direction de la Culture et Direction des Espaces Verts et de l’Environnement).Le manteau végétal de la Motte a été réalisé par la classe de 1er du lycée de la nature et des biotechnologies de Douai

Johann Le Guillerm est issu de la première promotion du CNAC. Il a travaillé avec Archaos, participé à la création de la Volière Dromesko et co-fondé le Cirque O. En 1994, il crée sa propre compagnie, Cirque ici et un premier spectacle solo, Où ça ?, qui tournera cinq ans.  Johann Le Guillerm est Grand Prix National du Cirque (1996) et Prix des Arts du Cirque SACD (2005).

En 2002, il s’engage dans Attraction, projet de recherche qui interroge l’équilibre, les formes, les points de vue, le mouvement et l’impermanence. Attraction fait voler en éclat les disciplines traditionnelles du cirque. Il s’articule autour d’un spectacle sur piste (Secret), d’installations (La Motte et Les Imperceptibles sculptures en mouvement, Les Architextures, sculptures autoportées, Les Imaginographes, outils d’observation) et d’une conférence performée (Le Pas Grand Chose, création 2017). 

En 2013, il crée La Déferlante pour l’Espace Chapiteau de La Villette à Paris, œuvre pérenne qui rejoint les formes monumentales d’Attraction. Depuis 2011, Johann Le Guillerm est soutenu et accueilli en résidence de recherche par la Mairie de Paris au Jardin d’Agronomie Tropicale.

© Philippe Cibille

© Philippe Cibille

© Philippe Cibille

© Philippe Cibille

© Philippe Cibille

© Philippe Cibille

© Philippe Cibille