UNE 4ème EDITION QUI S’ADAPTE !

La 4ème édition de la BIAC doit s’adapter et se transformer après les annonces gouvernementales du 7 janvier 2021. En effet, cette BIAC qui a été préparée, peaufinée durant deux ans par les équipes d’Archaos et qui devait être un moment de retrouvailles ne pourra malheureusement pas rencontrer le grand public, crise sanitaire oblige, mais pourra tout de même accueillir des professionnels lors des « Rencontres Professionnelles ». Cette position pourra néanmoins évoluer au cours du mois de février prochain si les contraintes sanitaires le permettent et si notamment les lieux culturels sont autorisés à rouvrir.

• SPECTACLE REPORTÉ OU ANNULÉ ?
Toutes les informations seront mises à jour quotidiennement sur le site internet de la BIAC et relayées par nos réseaux sociaux.
+ info
 
• LES RENCONTRES PROFESSIONNELLES
Les Rencontres réservées aux professionnels du monde de la Culture sont maintenues et se dérouleront du 3 au 6 février et du 10 au 13 février 2021. C’est ainsi que l’un des fondamentaux de l’événement, être une Biennale de création, sera préservé. Près de la moitié des spectacles initialement programmés pour cette édition étaient des spectacles joués en première mondiale. La BIAC maintient son engagement pour la création et présentera lors des Rencontres pour les professionnels, 20 spectacles en première.
D’autres spectacles et créations seront également présentés aux professionnels entre le 21 janvier et le 21 février, en dehors de ces Rencontres.
+ info  /  Contact • pro@archaos.fr

Le Membre Fantôme

  • Cie BaNCALE

    France

    Sangles, mât chinois, corde, bascule, danse, béquilles...

  • 1h15
    Dès 6 ans
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol
© Sébastien Armengol

Teaser

Présentation

L’artiste de cirque cherche et flirte en permanence avec ses limites, frôle régulièrement et délibérément le danger. Parfois jusqu'à la sanction physique…
Le Membre Fantôme interroge le regard que nous portons sur la blessure, celle de l’artiste de cirque. Sur son corps parfois marqué, abîmé, amputé. Ce spectacle pointe du doigt la douleur que vivent quotidienne les circassiens à l’entrainement comme en spectacle, cachée au public, camouflée. Une douleur qui va de pair avec la notion de dépassement de soi.
Ces trois artistes démontrent avec brio comment le corps circassien, devenu asymétrique, demeure magnifié dans l’espace. Ils nous prouvent que le chemin emprunté, et imposé par la blessure, bien qu’éprouvant, les amène à se dépasser, à se réinventer et à aller plus loin.
Une belle leçon de vie qui consiste à transformer une faiblesse, une blessure en une force décuplée.

Avec Karim Randé, Fabien Millet, Madeg Menguy et Silvana Sanchirico
Yeux extérieurs Grégory Feurté, Farid Ayalem Rahmouni, Nicolas Bernard, Émilie Bonafous
Musique Madeg Menguy
Régisseur lumière Emilien Picard
Costumes Suan Czepczynski
Chargée de production et diffusion Mylène Rossez

Coproductions Cirk'Eole – Montigny-les-Metz, Le Carré Magique – Pôle National des Arts du Cirque Lannion-Trégor, La Verrerie d'Alès – Pôle National des Arts du Cirque Occitanie, Scène de Rue – Festival des Arts de la Rue de Mulhouse.

Avec le soutien de La Grainerie – Toulouse, Zépétra – école de cirque à Castelnau-le-Lez et la Maison de la Danse de Lyon.

 

Les Artistes évoluent avec une aisance déconcertante et pourtant, chacun à leur manière, ils gardent en tête le risque de blessure. Le télégramme

En 2016, suite à une blessure en bascule coréenne, l’artiste de cirque Karim Randé prend la décision de se faire amputer du pied droit afin de pouvoir reprendre le cirque.

De là va naître en lui l’envie de dédramatiser cette situation. Pendant sa rééducation, il commence à faire de la danse en béquilles et discute du projet d'un spectacle avec Fabien Milet, lui aussi artiste de cirque. Fabien a en effet créé un numéro de double mât chinois avec une gestuelle en béquilles hautes (portantes sous les aisselles) et est donc enthousiaste à l’idée d’approfondir le geste et le mouvement chorégraphique lié au handicap.

Petit à petit, Karim se rend compte que le projet ne peut se cantonner uniquement à sa propre expérience, mais bien à un concept : si pour sa part la blessure est très voyante, pour beaucoup d’acrobates, comme pour l’artiste de cirque aérien Thibault Clerc, celle-ci n’est plus visible, mais pourtant toujours bien là.

Karim Randé ayant trouvé ses partenaires de jeu et d’écriture, la Cie BaNCALE est née !

Dates et horaires