UNE 4ème EDITION QUI S’ADAPTE !

La 4ème édition de la BIAC doit s’adapter et se transformer après les annonces gouvernementales du 7 janvier 2021. En effet, cette BIAC qui a été préparée, peaufinée durant deux ans par les équipes d’Archaos et qui devait être un moment de retrouvailles ne pourra malheureusement pas rencontrer le grand public, crise sanitaire oblige, mais pourra tout de même accueillir des professionnels lors des « Rencontres Professionnelles ». Cette position pourra néanmoins évoluer au cours du mois de février prochain si les contraintes sanitaires le permettent et si notamment les lieux culturels sont autorisés à rouvrir.

• SPECTACLE REPORTÉ OU ANNULÉ ?
Toutes les informations seront mises à jour quotidiennement sur le site internet de la BIAC et relayées par nos réseaux sociaux.
+ info
 
• LES RENCONTRES PROFESSIONNELLES
Les Rencontres réservées aux professionnels du monde de la Culture sont maintenues et se dérouleront du 3 au 6 février et du 10 au 13 février 2021. C’est ainsi que l’un des fondamentaux de l’événement, être une Biennale de création, sera préservé. Près de la moitié des spectacles initialement programmés pour cette édition étaient des spectacles joués en première mondiale. La BIAC maintient son engagement pour la création et présentera lors des Rencontres pour les professionnels, 20 spectacles en première.
D’autres spectacles et créations seront également présentés aux professionnels entre le 21 janvier et le 21 février, en dehors de ces Rencontres.
+ info  /  Contact • pro@archaos.fr

Trier / Filtrer le programme

FOCUS ARTISTE : YOANN BOURGEOIS

Durant cette biennale, Yoann Bourgeois, artiste phare de cette édition, a choisi de vous écrire une suite de lettres.
Cette correspondance accompagnera chacun de ses spectacles.

PREMIÈRE LETTRE :

Je pourrais vous dire combien j’apprécie que la BIAC me donne l’occasion de présenter un ensemble de pièces. Cette occasion rare est l’opportunité d’appréhender un processus au long court. D’arpenter une recherche. Et de faire surgir, peut-être, les motifs existentiels qui sous-tendent celle-ci.
Je poursuivrais, sans doute, en argumentant que c’est un joli moyen d’enrayer un rapport consumériste à l’œuvre.

Je vous expliquerais ensuite la règle du jeu :
Ce petit mot est la première lettre d’une correspondance que nous pourrions tisser pendant cette biennale. Chaque pièce serait l’occasion de vous écrire encore. Vous pourriez articuler, ainsi, certains morceaux épars.
Je continuerais donc cette première lettre en vous disant combien je suis touché que mon travail soit reconnu dans le cadre de cette grande fête du cirque. Et si je me suis toujours méfié des formes de replis, qu’ils soient disciplinaires ou identitaires (ayant ainsi, je l’espère, poussé ma pratique vers quelques lisières), je n’oublie pas, cependant, que je ne suis qu’un saltimbanque.
Je pourrais donc vous écrire cela. Et tout cela serait vrai.
Mais il y a plus important. Ou plutôt : plus urgent.
Comment l’ignorer ? La catastrophe écologique que nous traversons est d’une gravité sans précédent.
Elle doit nous inspirer de nouvelles façons de vivre, qui engagent d’autres relations au vivant. Notre acception du vivant doit s’élargir, s’aventurer au-delà des anciennes lignes de démarcations. C’est la raison pour laquelle, nous artistes, avons une responsabilité cruciale : nous devons accroître la gamme affective et perceptive vis-à-vis des autres vivants, qu’ils soient humain ou non-humain.
Et nos spectacles peuvent être des moyens puissants de chérir l’énigme du vivant.
Le miracle du spectacle n’a pas toujours lieu. Mais je sais que c’est lui, secrètement, que nous désirons tous. La condition minimum de ce miracle est une extraordinaire attention. Et voilà ce qui nous fait défaut aujourd’hui. Voilà pourquoi la poésie et l’art vivant me semblent plus que jamais nécessaires.
Parmi l’incroyable enchevêtrement de liens qui unissent les êtres, j’ai choisi d’observer nos interactions fondamentales par le biais de dispositifs qui amplifient des phénomènes physiques. À travers cette constellation grandissante de dispositifs, je me suis donné pour quête autant de tentatives d’atteindre un point de suspension. Car je ne vois plus d’autres alternatives pour vivre. J’ai alors dédié ma vie à cette recherche. Puisse-t-elle humblement contribuer à faire émerger une société meilleure.

Amicalement,
Yoann Bourgeois

Annulé

vignette image

Celui qui tombe

CCN2 / Yoann Bourgeois

Cirque, danse, théâtre physique

du 22 au 24 janvier 2021

La Criée

Marseille,

pictogramme Création

En attente

vignette image

Démocratie

CCN2 Grenoble – Yoann Bourgeois

Atelier participatif

du 29 au 31 janvier 2021

Le Village Chapiteaux - esplanade du J4

Marseille,

En attente

vignette image

Fugue VR, réalité mixte

Michel Reilhac et Yoann Bourgeois

Cirque en réalité virtuelle

du 03 au 06 février 2021

Cité du livre - Galerie Zola

Aix-en-Provence,